Akil Bissessur et son avocat sont arrivés aux Casernes centrales à 14 h 25. Ce qui devait être un jour d’interrogatoire ordinaire s’est avéré être un «couteau dans le dos» comme l’a dit Me Ashley Hurhangee; car selon la pratique courante, toute personne convoquée se présente devant l’Information Desk et poursuit sa démarche vers l’escalier menant aux salles d’interrogatoires. Contre toute attente, il a été arrêté dès son arrivée au Central Criminal Investigation Department (CCID).

Et pourtant hier dans sa déclaration, Me Yousuf Mohamed a affirmé qu’il n’y a pas d’arrestation pour l’heure. «Au contraire, la police est avisée, et la police va consulter d’abord le DPP après avoir vérifié les dires d’Akil Bissessur», a-t-il lancé.

Il a aussi déclaré que son client a accepté qu’il est bien l’auteur de ces vidéos sur Facebook, que ce dernier maintient ses propos et demande de ce fait à la police d’enquêter sur ces vérités.