Au cours des dernières années, l’ampleur des activités qui se déroulent sur Agalega est restée cachée. Nous savons de source sûre que plusieurs travailleurs étrangers ont participé à la construction d’une infrastructure (probablement une piste d’atterrissage voire même une base militaire – comme indiquée sur l’image satellite) à la suite d’un projet intergouvernemental.

Alors que des développements à grande échelle ont lieu sur l’île, nous nous demandons ce qu’il advient de ses quelques trois cents habitants qui semblent être négligés au nom de ce que l’État mauricien qualifierait de ‘progrès’.

Selon Arnaud Poulay, Agaléga se dirige vers un précipice en raison du taux de chômage notamment chez les jeunes. Interrogé sur cette situation, ce dernier a déclaré que les ressources naturelles du pays étant principalement la noix de coco et ses dérivés sont à peine exploités.

De plus, en raison du manque de matériel médical et de personnel de santé, les femmes enceintes sont contraintes de se rendre à Maurice pour accoucher. Serait-il correct de dire que l’État mauricien est obnubilé par le développement au point d’abandonner son propre peuple?

Comments