Troisième journée d’audience sur la pétition électorale de Suren Dayal contre Pravind Jugnauth. La polémique entourant l’évènement organisé au SVICC en 2019, où l’annonce avait été faite que la pension atteindrait Rs 13,500, est de retour sur le tapis. Surendra Dayal (le plaignant) a été confronté à la réponse du trio Jugnauth, Dookun et Sawmynaden qui a nié avoir été impliqué dans l’organisation de cet évènement, dans lequel ils n’étaient [selon eux] que de simples invités.

Suren Dayal a expliqué qu’un tel évènement nécessite des fonds considérables. Compte tenu du fait que Pravind Jugnauth détenait le portefeuille de Premier ministre et de ministre des Finances, il serait peu probable qu’il n’ait pas été au courant voire impliqué à un moment donné, a-t-il expliqué. Le pot-de-vin politique : «ou voter ou gagne cass», ne visait pas seulement les seniors mais aussi les fonctionnaires, avance Dayal.

Avant 2013, le Pay Research Bureau (PRB) publiait son rapport sur une période de cinq ans. Au cours de la même année, un changement a conduit à la publication du rapport deux ans plus tôt. En 2016, il était entendu que le prochain rapport salarial serait pour octobre 2020 et son application en 2021. Lors du discours budgétaire 2019-2020, Pravind Jugnauth avait annoncé une allocation de Rs 1000 en lien avec le rapport du PRB.

Au lendemain du 22 octobre 2019, nomination day, Pravind Jugnauth annonce la mise en œuvre du rapport pour janvier 2020, conduisant à ce que l’allocation de Rs1000 aux fonctionnaires soit payable à partir de ce même mois. Suren Dayal soutient qu’une telle allocation ne ciblerait pas moins de 80,000 électeurs. Alors pourquoi le rapport du PRB a-t-il été accéléré s’il ne s’agit pas d’un geste politique à la lumière des élections générales de 2019.

L’indépendance de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) a également été remise en question. Il a expliqué que la télévision nationale avait favorisé l’Alliance Morisien (MSM-ML) au détriment de l’Alliance Nationale (PTr-PMSD). La MBC a pour sa part répondu qu’elle avait agi de manière juste et impartiale pendant la période électorale concernée. Une réponse que Dayal a démenti en mettant en avant un communiqué de l’Electoral Supervisory Commission, dans lequel l’organisme expliquait que le président du Parti travailliste avait déposé une plainte formelle faisant état d’un traitement inéquitable par la Mauritius Broadcasting Corporation dans le cadre de son reportage sur les élections législatives de 2019. Ledit communiqué se termine par le paragraphe suivant :

After having heard the representatives of the MBC, the Commission finds no reason to depart from its initial finding that there is substance in the complaints, more specifically having regard to section 4(g)(iii) of the MBC Act. The MBC is informed accordingly.

[Emphasis mine]